Le soin par les plantes

 

Définition :

La phytothérapie, étymologiquement le traitement par les plantes, est une méthode thérapeutique qui utilise l'action des plantes médicinales. Les Sumériens, les Grecs et les Romains l'utilisaient pour se soigner.

On peut distinguer deux types de phytothérapie :

  • Une pratique traditionnelle, parfois très ancienne basée sur l'utilisation de plantes selon les vertus découvertes empiriquement. Selon l'OMS, cette phytothérapie est considérée comme une médecine traditionnelle et encore massivement employée dans certains pays dont les pays en voie de développement. C'est une médecine non conventionnelle du fait de l'absence d'étude clinique.
  • Une pratique basée sur les avancées scientifiques qui recherche des extraits actifs des plantes. Les extraits actifs identifiés sont standardisés. Cette pratique conduit aux phytomédicaments et selon la réglementation en vigueur dans le pays, la circulation des phytomédicaments est soumise à l'autorisation de mise sur le marché (AMM). On parle alors de biologie pharmaceutique.

 

Les plantes médicinales ne sont pas toujours sans danger


Alors que les plantes médicinales sont de plus en plus à la mode, ces remèdes naturels sont bien souvent très efficaces avec moins d'effets secondaires reconnus que beaucoup de médicaments de synthèse mais peuvent néanmoins être mortels ou toxiques pour l'organisme. Aperçu de quelques plantes (liste non exhaustive) plus ou moins connues pour lesquelles il faut prêter une attention particulière.

Parmi les plantes les plus toxiques et qui peuvent agir à une certaine dose comme poison citons la belladone et la digitale, ces deux plantes peuvent être utilisées pour des problèmes cardiaques, mais seulement suite à un diagnostic médical et en utilisant des préparations à base de plantes contrôlées par les autorités.

A côté de plantes mortelles lorsqu'elles sont mal utilisées relevons des plantes, qui bien qu'elles ne tuent pas, peuvent fortement endommager un organe ou mener à des allergies.
Un autre exemple bien connu consiste en l'application externe d'arnica qui peut mener à des risques d'allergie, rappelons que la prise interne (à part en homéopathie) d'arnica est toxique.

Comme nous pouvons le voir par ces quelques exemples, les plantes médicinales nécessitent une connaissance préalable des indications, contre-indications et effets secondaires.

Les préparations médecinales :

Il existe de nombreuses méthodes d'administration des plantes médecinales dont la description est donnée ci -dessous.On veillera à utiliser la partie utile de la plante ; la composition chimique varie d'une partie à l'autre et, pour l'exemple si les feuilles sont décrites comme efficaces, la racine peut être inerte, voir toxique.

 Tisane : Les tisanes constituent le mode préparatoire le plus courant des plantes médicinales.. Elles peuvent s'obtenir suivant trois modalités : l'infusion, la décoction et la macération, et consistent en une solubilisation dans l'eau des principes actifs contenus dans le végétal. Pour présenter des propriétés thérapeutiques, elles doivent être suffisamment concentrées en substances actives et pour cela être préparées avec en moyenne, 30 g de la partie utile de la plante pour un litre d'eau. I

 Infusion : C'est la prépartion de prédilection des plantes qui pourraient être altérées par une cuisson prolongée, et des parties les plus fragiles comme les fleurs et les sommités fleuries. Préparation : réduire la partie utile de la plante en morceaux et les jeter dans l'eau bouillante. Hors du feu, laisser les ingrédients en contact pendant environ 15 mn puis filtrer et consommer rapidement.

 Décoction : la décoction est employée pour les plantes qui ne perdent pas leur efficacité sous l'action de la chaleur, ou encore pour les parties dures ou ligneuses comme les racines, les rhizomes, les écorces, les bois, les semences, etc. Préparation : les plantes, réduites en morceaux sont mises dans l'eau froide qui est alors portée puis maintenue à ébullition entre dix minutes et une heure. Filtrer et consommer rapidement.

 Macération : la macération est destinée à extraire tous les principes médicamenteux de la plante. Celle-ci est mise dans une quantité déterminée d'eau froide (macération aqueuse) d'alcool ou de vin (macération alcoolique). A l'abri de l'air, maintenir les ingrédients en contact de quelque heures à quelques jours et même jusqu'à plusieurs semaines selon les cas.

 Bains : les bains sont destinés au traitement des affections externes par immersion partielle ou complète du corps dans une grande quantité d'eau additionnée de la partie utile de la plante qui peut être fraîche, sèche ou encore sous forme d'infusion ou de décoction.

 Cataplasmes : Ce remède est utilisé pour soigner les inflammations de la peau, les contusions, les blessures, les plaies, les ulcères et les douleurs rhumatismales. La plante fraîche est écrasée de façon à obtenir une sorte de pâte qui est étendue sur un linge mis en contact de la partie malade. Certaines plantes sont préalablement chauffées dans de l'eau ou du lait porté à ébullition.

 Sirop : liquide de consistance visqueuse en faisant cuire une infusion ou une macération additionnée de sucre.

 Teintures :  elle résulte de l'action de l'alcool éthylique sur des plantes. Les plantes finement coupées sont mises à macérer dans de l'alcool à 60° ou 70° pendant quatre à cinq jours ; Après filtration, le liquide est recueilli dans un flacon.

 Vins médicamenteux : la plante finement coupée est  mise à macérer dans du vin qui est ensuite filtré et conservé en bouteille.

 Sucs frais : Ils sont obtenus en exprimant le végétal coupé en petits morceaux à travers un tissu.

 Pommades : les pommades sont préparées en mélangeant la plante réduite en poudre ou le suc avec une matière grasse (vaseline, lanoline, excipient pour pommade).

 Poudres : après séchage, piler les parties utiles au mortier jusqu'à obtention d'une poudre fine.

 

Les plantes médicinales qui ont révolutionné la médecine !


L'aspirine

L'acide acétylsalicylique, la molécule du plus célèbre des médicaments : l'aspirine, a été synthétisée grâce à des principes actifs contenus dans le saule et/ou la reine des prés. Ces plantes, encore utilisées de nos jours contre divers maux douloureux comme les rhumatismes, contiennent des dérivés salicylés. Après des techniques d'extraction et une acétylation la molécule de l'aspirine a pu être obtenue.
Ces plantes sont donc à la base du plus gros succès médical pour un laboratoire pharmaceutique (Bayer®) soit la création d'une molécule capable d'agir contre la douleur, la fièvre et l'inflammation. A faible dosage l'acide acétylsalicilique peut également agir pour fluidifier le sang et limiter des maladies cardio-vasculaires (infarctus,...). L'aspirine aurait même des vertus contre certaines formes de cancer. Un succès extraordinaire issu de plantes médicinales !

Le pavot, source de médicaments !

Le pavot est une plante qui contient de nombreux alcaloïdes. Ces groupes de substances azotées (contenant une molécule N) sont à la base de très nombreuses molécules agissant en général sur le système nerveux. Certaines sont malheureusement illégales et très dangereuses (héroïne) mais d'autres offrent des solutions extraordinaires dans la lutte contre la douleur, c'est le cas de la morphine. Cette molécule est isolée de la plante de pavot. On peut également extraire de cette plante la codéine, une molécule centrale et très efficace contre la toux sèche et lors de douleurs (en effet cette molécule se transforme chez la plupart des personnes à raison de 10% en morphine).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×